La femme sauvage et le Féminin sacré


Ce mois-ci dans mon podcast Lunatiq, j’ai mis un point d’honneur à parler d’un thème peu abordé :


la place de la femme de la cinquantaine dans la société d’aujourd’hui.


Je souhaitais échanger sur son invisibilité, l’injonction de la société à prôner la jeunesse éternelle, et le tabou de la ménopause. Alors nous avons abordé le sujet sereinement, en parlant de nos cheveux blancs, du regard de nos proches, de la femme seule qui recherche du travail, ou celle délaissée par son mari. On aborde le rôle du patriarcat dans cette volonté d’invisibiliser la femme.L’injonction subliminale, des médias, du patriacat à nous enfermer dans une démarche de séduction, qui nous soumet à une non-acceptation de notre propre vieillissement.Nous avons également parlé du fait que cette femme libérée de toute contrainte sociale, ne représente plus grand interêt à la société de consommation.


Au fil de notre discussion nous abordons la place du désir et du plaisir et surtout comment aborder cette période de manière positive et constructive !

En tant que fille et femme, j'ai été éduqué avec des idées qui appartenait à un autre temps.Pour nous toutes, se débarrasser de nos croyances et faire siennes nos propres opinions est un long travail de dé-construction et de Création. C'est Savoir ce qui est bon pour nous et non plus correspondre à un rôle que veulent nous donner nos parents, enfants, conjoints qui s'ajoutent au poids de celui que la société veut nous faire porter.

C'est pour cette raison et face à mes propres interrogations, que j'ai souhaité débattre et échanger sur ce sujet car c'est une démarche difficile à mettre en lumière et nous nous sentons souvent seules.

J’ai pour habitude d’illustrer mes podcasts par des photos libre de droits, mais là aussi impossible de trouver de belles photos avec de vraies femmes.Les moteurs de recherches ne me présentent que des femmes jeunes, bien faites sans rides, et si je change les mots clés « 50 ans « ou « femmes de 50 ans « , ils ne me proposent que des femmes aux cheveux blancs ou de plus de 70- 75 ans.


J'aime à dire que plus rien ne peut rester sous silence, aujourd'hui. Alors je vous invite à écouter cette émission et les podcast Bonus sur ce thème. Je vous mets quelques liens sur les émissions ayant un rapport avec le Féminin sacré , le rituels, méditations, et réflexion, en fin d'article.


L'archétype de la femme sauvage :


Dans mon dernier article, je vous parlais de l’impact du livre de Clarissa Pinkola Estes , j’ai réalisé quelques illustrations sur le thème du féminin sacré en m’inspirant de l’archétype de la femme sauvage, de « la LOBA « qui caractérise bien la tranche des 45 ans et plus chez la femme. Je vous partage quelques une de mes illustrations sur le Féminin Sacrée dans ce post. Je vous recommande l’entretien avec Sylvie Verchère sur la déesse celte Morrigu disponible ici à la 42 minute et sur Soundcloud en version longue.



J’ai initié cette émission pour que vous puissiez vous en servir comme fil conducteur pour la création d’un cercle de femmes . A la fin de cet article vous trouverez le plan de celui-ci et tous les liens nécessaires pour vous relier à votre Féminin Sacré en écoutant les podcasts de mon émission radio, Lunatiq.

La femme sauvage dans mon cheminement


Il est difficile d’expliquer ce qu’est l’archétype de la femme sauvage dans le féminin sacré.Je conseille vivement d’aller lire son histoire et tout ce qu'elle implique dans la vie d’une femme dans le livre de Clarissa Pinkola Etes.


Elle est venue me chercher, et m’a poussée dans mes retranchement il y 10 ans maintenant. Elle a mis un coup de pieds dans toutes mes certitudes , renversé mes zones de confort, et m’a jeté au visage les petits pactes que j’avais passé avec mon ego. Elle a ratissé mes croyances, déterré mes peurs, et mes angoisses.

Dans la pénombre de ma chambre, elle m’a reconnecté au noir de mes profondeurs, aux démons de mon enfance.

Il s'est installé à cette période de ma vie, un dialogue des profondeurs d'une très grande richesse.

Elle revient parfois me tirer du sommeil pour m’interroger sur ma route.

Est ce que je suis vraiment là où je dois être ? Qui-suis je aujourd’hui ? Pour quoi j’agis ainsi ?

Quand est-il 10 ans plus tard ? Que fais tu de ta peur de vieillir, de ta solitude quand elle n’est plus consentie, et ta créativité ne stagne t-elle pas ? et maintenant que tu vois moins bien, que tes yeux se fatiguent, que vas tu faire ?

Ma femme sauvage prend soin de moi car elle ne me laisse pas immobile, elle me rend vivante et forte.

Elle nourrit mon l’âme, ma vision intérieure et alimente mon intuition.Elle n’est certes pas toujours tendre. Mais parfois elle me surprend.

C’est elle qui me pousse à faire battre mon tambour, à dessiner, faire de podcasts et à partager, à crier et chanter dans mon salon, à écrire des poèmes que je suis moi-meme étonnée d’écrire. Mille fois je lui dis merci d’être là ! Grâce à elle je ne suis plus la belle au bois qui vis sa vie loin des bois, en dormant.


Cette princesse endormie, c’est prise par la main, et s’est embrassé elle même pour m’épouser et se dire : je suis là je ne t’oublie, je ne t’abandonne pas.

Aujourd’hui, j'ai 46 ans, je suis entrée physiquement dans l’automne de ma vie. C’est arrivé il y a 2 semaine, je l’ai senti en moi dans mon corps et mon esprit.

Une vision nouvelle de ma vie à germé, en écrivant une partie de ce texte. Dans mon sommeil elle a du prendre racine, et parler à mon âme.

Je me suis réveillé tôt pour accompagner ma fille à l’école. Une fois les rideaux levés, j’ai été happée par le noir de la nuit. La semaine passée sans mes enfants, mes horaires sont plus libres et je me laisse parfois à trainer au lit, réveillée par les rayons du soleil de 8h …Les matins sombrent ont toujours réveillés en moi une certaine angoisse, mais à ce moment là, j’étais juste surprise.Le brouillard était pesant, une hora mystique régnait dans l’air frais et humide.

L'automne était là.Empressée de reprendre ma foulititude d’activités de la rentrée, enivrée de cette effervescence tant attendue après ces 2 années covid, je ne l’avais pas vu arriver et raccourcir les jours.

En faisant les quelques pas vers la voiture, j’ai sentis en moi que mon passé reculait, il s’éloignait de moi devenait plus lointain, plus vague. Sans doute parce que cet été, mon frère a déménagé avec toute sa famille à la Réunion.Mes filles grandissent, je m'adapte à elles et mes parents me paraissent plus vieux que jamais. Comme si mon passé avait décidé de partir et de quitter les quais de ma vie pour se fondre dans le brouillard.

Je me sentais puissante, aussi fraîche que l'air, plus légère que les feuilles et je sentais cette page blanche devant moi et tout le reste de ma vie à créer.


La liberté de la femme sauvage

Un sentiment de liberté l’envahie, elle est apaisée, ne vise plus la reconnaissance car elle connait ses valeurs, et ne s’encombre plus de ceux et ce qui ne la mérite pas.Elle a donne vie à eu des enfants, ou pas par choix ou par la nature des choses.

Elle n'a plus besoin de courir, plus de métro boulot dodo, ni de besoin de séduction, la course aux appats-rences tombe et vient le temps pour ETRE. Faire pour avoir est résolu.

Elle c’est remplie d’amour, a pris conscience, elle est maintenant pleinement autonome.Maintenant qu’elle a pris soin des autres, qu’elle s’est nourrit de ses terres sauvages, de ses expériences, son corps s’alchimise petit à petit vers le 3 : Corps/coeur/esprit . Elle va vers sa complétude et son plein potentiel.

Elle est responsable, mature et forte des ses expériences, elle est libre de s’occuper d’elle. Elle va vers la simplicité, l’essence-ciel ! Elle devient femme désirante.

On a apprit le pouvoir des cycles chaque mois et voila l'avant dernier cycle de la vie qui s’annonce.

Une petite période de deuil, sur sa fertilité mais pas de sa féminité !

Tout commence ! Rien n’est fini .. tout s’alchimise. Il y a mille et une manière d’être Fertile !

Pour conclure :

Il s’agit maintenant d’écrire et de créer les derniers chapitres, de laisser le passé derrière et d’enfanter de nouveaux projets.. Et d’accueillir cette femme belle et puissante que nous sommes.


Le féminin sacré se vit au quotidien, c’est un philosophie de vie.Il n'existe pas que pour les femmes jeunes, et les jeunes mères, c'est un cheminement qui se vit à tout-âge.

Fortes d’une créativité alimentée de notre intuition, toutes les femmes courent avec les loups ..

.. Nous avons semé, nous avons planté, maintenant récoltons nos fruits et chantons, dansons ! Éclairons la route pour nos filles, qu'elles se sentent belles à tout-âge.Comme la Loba, La que sabe, « allons ramassez des os ! «


Plan cercle de femmes



Theme : la femme en pré-ménaupause entre 45 et 55 ans et plus.
Sa place dans la société

Préparation de l’autel en résonance avec la saison de l’automne.Représentez les 4 éléments, et un cinquième au centre.vous pouvez vous aider de mon oracle illustré pour Malory.

Ouverture du cercle : Introduction - météo interieure - détente corporel



#amour #femmesauvage